UDI

UDI, le réveil de la politique

mercredi 17 février 2016

Voeu relatif à la suppression des cours individuels dans les centres d’animation



Voici un sujet sur lequel les membres de l'UDI 4e sont intervenus (avec d'autres) auprès des Conseillers de Paris centristes. Voici le vœu que ces derniers ont déposé lors de la séance du Conseil de Paris des 15 et 16 février et la réponse de la majorité municipale...

Vœu relatif à la suppression des cours individuels dans les centres d’animation,

Déposé par Fadila MEHAL, Edith GALLOIS, Béatrice LECOUTURIER, Valérie NAHMIAS et les élus du groupe UDI-MoDem

Le Conseil de Paris siégeant en formation de Conseil municipal,

Considérant l’existence de 51 centres d’animation sur le territoire parisien, proposant plus de 400 activités et accueillant, selon la Ville de Paris, plus de 60.000 personnes chaque année ;

Considérant que les centres d’animation constituent un maillon important d’une offre parisienne riche en matière de pratiques artistiques et culturelles amateurs ;

Considérant que l’objectif de proposer au plus grand nombre possible de Parisiens une offre d’enseignement artistique amateur ne doit en rien se faire au détriment de la qualité d’enseignement dispensé dans les différentes structures municipales, notamment les centres d’animation ;

Considérant la décision, annoncée dans la presse, de la Ville de Paris de supprimer les cours individuels de musique dans les centres d’animation,

Considérant que certaines disciplines musicales nécessitent un apprentissage individuel ;

Considérant qu’il n’est en aucun cas prouvé que le cours collectif soit une pédagogie adaptée pour la totalité des élèves ;

Considérant que cette suppression ne peut uniquement être motivée par une rationalisation des coûts dans la mesure où il existe déjà une majoration tarifaire des cours individuels de musique par rapport aux cours collectifs ;

Considérant qu’actuellement, les cours individuels n’excèdent pas une durée de 30mn, et que les cours d’1h dit « individuels » s’effectuent par groupe de 3 élèves ;

Considérant que cette décision s’effectue alors même que l’Inspection Générale de la Ville de Paris n’a pas encore rendu les conclusions de son rapport sur les pratiques artistiques amateurs, et que les réflexions du groupe de travail sur la réforme des Conservatoires municipaux sont encore en cours ;

Considérant la grande pluralité d’acteurs et de dispositifs d’enseignement artistique amateur : centres d’animation, conservatoires municipaux, ARE, associations d’éveil et d’enseignement artistique, ateliers beaux-arts, Paris-Ateliers, cours privés,… ;

Considérant qu’il est urgent de définir la place des centres d’animation dans l’ensemble du dispositif de l’enseignement musical amateurs à Paris, mais également plus largement pour l’ensemble des pratiques  artistiques amateurs ;

Fadila MEHAL, Edith GALLOIS, Béatrice LECOUTURIER, Valérie NAHMIAS et les élus du groupe UDI-MoDem proposent :

Que la décision de la Ville de Paris de supprimer les cours individuels dans les centres d’animation fasse l’objet d’un moratoire, dans l’attente des conclusions du groupe de travail relatif aux conservatoires municipaux, mais également du rapport de l’Inspection Générale sur les pratiques  artistiques amateurs ;

Voici la réponse de Pauline Véron (maire adjointe PS de la Maire de Paris)

Considérant que la politique volontariste de la Ville de Paris en direction de la jeunesse (plus de 200 Millions d'euros chaque année), a pour objectif d'accompagner les jeunes dans leur accès à l'autonomie, dans les domaines de l'emploi, du logement, de la santé, des transports, de la culture, du sport...
 

Considérant l'investissement de la Ville de Paris pour l'entretien et le développement des centres d'animation (dont 5 créations et 3 restructurations totales durant cette mandature), 

Considérant la large concertation menée depuis un an pour moderniser le fonctionnement des centres d'animation et des équipements municipaux dédiés aux jeunes, qui a réuni les associations de jeunesse et d'éducation populaire, les élus d'arrondissement en charge de la jeunesse, les services de la Ville de Paris et les usagers, dont de nombreux jeunes,

Considérant l'objectif d'une plus grande ouverture des centres d'animation sur leur territoire et d'une augmentation de leur fréquentation, notamment par les adolescents, 


Considérant les nouveaux moyens humains octroyés pour l'accueil spécifique des jeunes dans les centres d'animation (création de postes d'animateurs jeunesse et de conseillers d'information jeunesse), financés dans le cadre de la réforme en cours, qui montrent que la réforme des centres d'animation ne répond pas à une logique d'économies,

Considérant l'objectif de démocratisation de l'accès à la culture afin qu'elle soit accessible à tous les Parisiens, notamment la pratique, l'initiation et l'apprentissage de la musique, considérant que la Ville de Paris propose aujourd'hui un enseignement musical qui s'appuie notamment sur un réseau de conservatoires municipaux, sur des centres d'animation et sur les Professeurs de la Ville de Paris qui interviennent dans les écoles élémentaires, considérant que les centres d'animation sont des lieux de partage, de convivialité et d'animation de quartier s'appuyant sur des propositions d'activités sportives, scientifiques et culturelles reposant sur les principes de l'éducation populaire, qui visent à permettre à toutes et tous une émancipation et un développement collectifs tout autant que personnels.
 

Le Conseil de Paris émet le vœu :
 

Que la concertation initiée soit poursuivie dans les prochains mois avec l'ensemble des acteurs concernés (associations gestionnaires, représentants des enseignants, usagers et élus d'arrondissement), afin de prendre en compte la réalité et la cohérence de l'offre d'enseignement musical dans chaque arrondissement et notamment l'offre des conservatoires municipaux d'arrondissement,
 

Que l'évolution proposée de l’enseignement musical dans les centres d'animation vers une pédagogie innovante individualisée en petits groupes soit guidée par l'amélioration de la qualité de l'offre et l'élargissement des publics et prenne en compte, en partant des résultats de la concertation et au cas par cas, la spécificité des locaux des centres et des instruments enseignés,

Que la mise en œuvre de la réforme soit accompagnée d'un plan de formation des enseignants à la pédagogie en petits groupes,

Que cette réforme soit accompagnée d'une importante campagne de communication pour mieux faire connaître l'offre des centres d'animation, afin que davantage de Parisiens puissent en bénéficier,

Qu'un bilan des évolutions mises en œuvre par la ville de Paris dans les centres d'animation ainsi qu'une évaluation qualitative soit transmis aux élus du Conseil de Paris à l'été 2017 et à l'été 2018 (fréquentation des centres, bilans financiers).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire